Carnet d’un voyage. Enfance Violence Exil

Catherine Milkovitch-Rioux

Ouvrage collectif publié dans le cadre du programme scientifique de l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) avec la collaboration du Service Universitaire Culture (SUC), de différents partenaires culturels, sous la direction de Catherine Milkovitch-Rioux

Dernière étape d’un itinéraire de recherche, ce carnet invite le lecteur à suivre un voyage singulier dans l’espace et dans le temps, au cœur de la géographie mondiale des conflits de l’ère contemporaine, et sur les traces des enfances en guerre et en exil.

Il engage à regarder des histoires ordinaires de violence et d’exil « à hauteur d’enfant », à entendre les paroles des victimes de l’ensauvagement du siècle, les témoignages également de ceux qui, enrôlés, sont devenus agents de la guerre, dont l’enfant soldat de l’Afrique subsaharienne est aujourd’hui la figure emblématique.

La scène se situe à Clermont-Ferrand, en novembre 2013, au moment de la 14e édition du Rendez-vous du Carnet de voyage, de la 10e Quinzaine des droits de l’enfant et du colloque Enfance Violence Exil (EVE).

Le carnettiste David Magli (Emdé) croque sur le vif les spectacles de théâtre et de danse, lectures, expositions, performances, concerts, et le colloque international qui réunit les différents acteurs. So carnet original est donné à voir comme trace unique d’un événement à résonances multiples, une création sur la rencontre saisie sur l’instant, dans tous les lieux et ses formes, entre les acteurs culturels de la Cité.

Le voyage se poursuit au cœur de la création et de la réflexion, dont les acteurs portent jusqu’à nous leur perception intime : qu’il s’agisse d’écrivains comme Marie Cosnay et Jean-Pierre Siméon exprimant leur sensibilité citoyenne et artistique aux violences faites aux enfants, de plasticiens comme Julien Piedpremier engagé auprès d’enfants migrants pour recueillir en une création vidéo leurs témoignages graphiques, de metteurs en scène, comédiens et programmateurs comme Jean-Claude Gal, Isabelle Krauss, Françoise Glière et Jean-Marc Grangier orchestrant de riches et émouvantes propositions artistiques… Les spectacles mettant en scène l’enfant soldat, les expositions sur la Grande Guerre ou l’exil, le documentaire Salaam Palestine répondent en écho aux interventions universitaires sur les droits de l’enfant, les enfants cachés, la mémoire du génocide au Rwanda, ou encore « Rêver la Palestine ». La recherche sur le paroxysme guerrier se nourrit de l’action artistique pour sonder les profondeurs d’un objet insondable : l’enfance en guerre et en exil au cours d’un siècle de violence.

Cet objet mosaïque, véritable fresque de l’enfance violence exil, témoigne d’une expérience de dialogue artistique. Elle se donne également une vocation pédagogique en se mariant aux ressources numériques du réseau Canopé accessibles à l’adresse www.enseigner-avec-EVE.net.

Références

Clermont-Ferrand, Éditions Reflets d’Ailleurs, coll. « Pars en thèse », 2014, p. 107.

ISBN : 978-2-918593-37-9

Prix 19 €

Année de publication : septembre 2014