Journée d’étude des doctorats du CELIS : "Rythme(s)"

Le rythme est partout, au cœur de notre quotidien, structurant le rapport de l’homme à l’existence ; il « n’est pas une mesure [mais] une vision du monde », disait le poète Octavio Paz. Constituant une notion très largement pluridisciplinaire et polysémique, le rythme peut potentiellement superposer le mouvement de la nature, du monde et celui de l’homme, tout comme il implique le corps créateur autant que la création. La temporalité humaine est une temporalité rythmique. Mais derrière cette « évidence » du rythme, se cache une notion riche et complexe. Il paraît judicieux de puiser avec Emile Benveniste à l’étymologie : « Rythme » vient du grec signifiant « couler », le « rythmos » dénotant une « manière particulière de fluer ». D’après Benveniste – précurseur dans une anthropologie du rythme – le rythme a été associé très tôt avec « le mouvement régulier des flots » marins, par analogie du rythme humain avec le paradigme naturel. Dans son fameux essai, Critique du rythme, Henri Meschonnic, à la suite de Benveniste, propose de faire du rythme le « signifiant majeur » et explique ceci : « parlant du rythme, c’est de vous que je parle, c’est vous qui parlez, les problèmes du rythme sont les vôtres. La critique du rythme n’a pas de conclusion. Elle est ouverte sur l’historicité du langage, de la littérature, de la théorie ». Selon lui, la façon dont le rythme a été considéré à partir du paradigme naturel doit être renversée : c’est l’homme qu’il faut envisager comme un « impulseur » de rythmes, développant ainsi une poétique du rythme. Pierre Sauvanet, quant à lui, distingue trois critères constitutifs : la structure, la périodicité et le mouvement tout en distinguant rythme et rythmique.

Comité d’organisation : Marlène Barroso, Marion-Charlotte Clavilier, Yana Moral, Lucie Tiravy, Yoann Sarrat

Comité de lecture : Philippe Antoine, Sandrine Dubel, Françoise Laurent

Affiche : Claire Sinturel

Vendredi 25 septembre 2015

MSH de Clermont-Ferrand, amphi 220

Programme des Doctoriales IV

10h : Accueil du public et des participants /

Allocution introductive par Pascale Auraix-Jonchière (directrice du CELIS)

Le corps et l’œuvre [Présidente de séance : Sandrine Dubel]

10h30 : Yoann Sarrat « Les rythmes du corps, les rythmes de l’œuvre : une étude de Progénitures de Pierre Guyotat et la réaction-création de Tal Beit Halachmi »

11h15 : Anamaria Lupan « Du rythme du corpus au rythme du corps » (vidéo)

12h : pause repas

Poétique du rythme [Président de séance : Alexandre Coly]

13h30 : Yana Moral « Le rythme du “blanc” dans la poésie de Guennadi Aïgui »

14h15 : Marion Clavilier « Le rythme contemporain de Dominique Fourcade »

15h : Tatiana Babinchuk « Du temps des jeux aux rythmes conscients. Evreinov, l’instinct de théâtralité »

15h45 : Sameh Louhichi « Romance nerveuse : rythmes de vies, silence de la mort »

16h30 : Fin de la journée / discussion / conclusion

Participant(s) Celis :  Marlène Barroso / Marion Clavilier / Yana Egorova-Moral / Sameh Louhichi / Yoann Sarrat / Lucie Tiravy

Date et lieu

  • le vendredi 25 septembre 2015 - lieu : MSH de Clermont-Ferrand, Amphi 220