Rétif de La Bretonne et la crise des genres littéraires (1767-1797)

Françoise Le Borgne

Par sa singularité même, l’œuvre abondante, polymorphe et narcissique de Rétif de La Bretonne apparaît comme révélatrice de la crise des genres littéraires qui aboutit, à la fin de l’Ancien Régime et sous la Révolution, à une véritable rupture avec les principes fondateurs de l’esthétique classique. Éclatement et hybridation des formes, revendication d’originalité et émergence de la composante autobiographique sont les manifestations les plus visibles d’une approche nouvelle de la création littéraire, qui, dans une perspective empiriste, récuse la tradition et les normes poétiques pour faire valoir la puissance démiurgique d’un génie mû par la violence de ses passions et l’intégrité de son engagement moral. Cette posture auctoriale n’est pas propre à Rétif de La Bretonne mais elle s’est affirmée de façon particulièrement spectaculaire chez ce fils de laboureur, qui, venu à l’écriture par l’imprimerie et tirant presque exclusivement ses revenus de la vente de ses livres, ne s’est pas cru obligé de donner des gages aux institutions garantes de la pérennité de l’héritage classique.

Références

Paris, Champion, 552 p.

Année de publication : 2011