Quand le voyage devient promenade. Écritures du voyage au temps du romantisme

Philippe Antoine

Cet essai a pour ambition première de rendre compte des profondes transformations qui affectent le genre viatique à un moment de son histoire, alors que des professionnels de l’écriture s’emparent d’un domaine dont ils étaient auparavant peu ou prou exclus. La Promenade désigne dans ces pages la mise en livre d’un type particulier de déplacement, non contraint par la recherche d’un quelconque profit. Une génération d’écrivains, de Chateaubriand à Gautier, se lance sur les chemins. Nos voyageurs goûtent les saveurs de l’ailleurs et se laissent aller aux excursions mentales les plus diverses : plongée dans un passé personnel, envol de l’imagination, méditations ou rêveries. Dès lors, l’allure du récit s’accorde avec la fluctuation des humeurs et la variété des situations ou événements, comme s’il existait une forme de connivence entre une manière d’être au monde et sa mise en mots. Une telle poétique fait la part belle à un art consommé de la conversation, à l’humour, à des topographies où s’exerce la virtuosité du relateur. Elle se prête bien sûr à toutes sortes de confidences. Il arrive ainsi que la vérité se mue en poème et que le Voyage, devenu Promenade, puisse s’inscrire pleinement dans le champ littéraire.

Références

Presses de l’Université Paris-Sorbonne, Collection Imago Mundi, 2011, 220 p., 22 €

ISBN : 978-2-84050-744-4

Année de publication : 2011