AUTOUR DU MINOTAURE

13-14-15 janvier 2010

Salle 220 - 2e étage

MSH, 4 rue Ledru, Clermont-Ferrand

Direction scientifique : Catherine d’Humières et Rémy Poignault

Dès le départ, le Minotaure est marqué du signe de l’infamie, de la violence et de la perversion. Produit des amours bestiales de la reine Pasiphaé et du taureau blanc surgi des flots, résultat de la vengeance de Poséidon, furieux du refus de Minos de lui sacrifier l’animal divin, sa nature hybride est en réalité la conséquence d’une double faute.

Enfermé au fond de son labyrinthe, le Minotaure est à la fois un monstre dévorant et une victime expiatoire. Les Anciens ont surtout retenu la première facette de cette inquiétante créature dont la violence était, d’après eux, la caractéristique essentielle. Dans le cadre du programme de recherches « Filiations mythiques : hostilités, violences, perversions » (Programme pluri-formations liant le CELIS de l’Université Blaise Pascal et l’équipe EHIC de l’Université de Limoges ; dir. Véronique Léonard-Roques), ce colloque se propose d’étudier, bien sûr, la figure du bâtard, c’est-à-dire le Minotaure lui-même, mais aussi les liens qui unissent entre eux les autres membres de sa (?) famille : Minos, Pasiphaé, Ariane et Phèdre. On pourra aussi se pencher sur les deux autres familles mises en scène dans le récit mythique : Égée et Thésée, Dédale et Icare. En effet, le Minotaure se situe au centre d’un écheveau de passions familiales, souvent violentes, parfois perverses, toujours compliquées, à l’image de son étrange demeure.

Au cours des siècles, les relations entre les différents acteurs du drame se sont modifiées et complexifiées, et il semble intéressant d’envisager la façon dont ceux qui se sont inspirés de ce mythe se sont appropriés ces filiations pour les transformer à leur gré et élaborer de nouvelles créations. L’objectif de ce colloque est donc de réunir des spécialistes de littérature aussi bien que de toute discipline artistique (arts du spectacle, iconographie, musique, histoire de l’art…) pour traiter cette thématique, de l’Antiquité à nos jours, dans une perspective largement ouverte.

Date et lieu

  • du mercredi 13 janvier 2010 au vendredi 15 janvier 2010 - lieu : MSH