Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse

Dans le cadre du programme de l’Agence Nationale pour la Recherche, Enfance Violence Exil (EVE), la Bibliothèque nationale de France / Centre national de la littérature pour la jeunesse - La Joie par les livres et l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (UBP-CELIS) organisent, du 18 au 19 octobre 2012, un colloque consacré aux Enfances en guerre et littératures de jeunesse, avec le concours de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE).

La littérature de jeunesse, en tant que champ littéraire spécifique destiné à un public défini par son âge, s’inscrit dans des cadres nationaux souvent contraints, où peuvent s’exercer différentes formes d’interdictions, voire d’autocensure, et où l’audace de la pensée trouve parfois des chemins de traverse pour s’imposer. Dans le même temps et un peu partout dans le monde, les littératures de jeunesse ont acquis une légitimité et une complexité qui les autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. Mais jusqu’où s’aventurent-elles ? De ce point de vue, il serait intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires géographiques et culturelles mettent en scène textuelle et/ou iconique telle guerre à partir du XXe siècle (sans exclure les perspectives ouvertes par l’anticipation) ou l’état de guerre en général (lorsque cette dernière demeure indéfinie d’un point de vue spatio-temporel). La thématique de l’exil forcé sera prise en compte, dès lors que celui-ci touche directement des enfants et qu’il est une conséquence directe des guerres.

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en particulier ainsi que les migrations contraintes, assorties des effets désastreux (politiques, économiques, sociaux, etc.) sur les populations qu’elles occasionnent, soient très différemment représentées. Le souci souvent consensuel, pour ne pas dire politiquement correct, en France et depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de comportements patriotiques ? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction des contextes historiques, idéologiques et socio- économiques ? Que deviennent aussi l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation, omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ? On peut également se demander dans quelle mesure cette représentation interroge les débats sur la mémoire, ses silences ou ses excès.

Dans le sillage du colloque « Guerres et totalitarismes dans la bande dessinée » (Cerisy-la-Salle,7-10 juin 2010, co-organisé par Viviane Alary – UBP/EVE), ce colloque international voudrait sonder les littératures de jeunesse françaises ou publiées en France et les littératures de jeunesse étrangères dès lors qu’elle mettent en scène des enfants en temps de guerre, victimes des totalitarismes ou/et des exils forcés.

Des chercheur-e-s de différentes disciplines – littéraires, linguistes, historien-ne-s, sociologues, psychologues, psychanalystes, anthropologues, ethnologues, sémiologues, historien-ne-s de l’art, etc. – pourraient apporter leurs précieux éclairages, que leurs analyses, inscrites dans une dimension synchronique ou diachronique, portent sur l’étude de corpus ou sur celle d’œuvres isolées. Nous pourrions ainsi avoir une plus juste idée de l’état des représentations de ces événements en fonction des pays, des époques et des idéologies. Outre la volonté de faire ressortir l’existence de patrimoines littéraires et iconographiques connus ou plus confidentiels, ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes dessinées, mangas, documentaires, etc. Une attention particulière sera accordée à la question des points de vue qui engagent diversement le discours textuel et/ou iconique : à hauteur d’enfant - récits ou témoignages d’enfants - ou à hauteur d’un-e adulte créateur-trice visant un jeune lectorat – (auto)fiction, (auto)biographie, souvenir, mémoires, récit, documentaire, docu-fiction, ou autre.

le 18 octobre 2012 à la BnF (Paris) et

le 19 octobre 2012 à l’Université de Paris - Nord 13 (Villetaneuse)

Avec le concours de l’Université Paris - Nord 13 (Villetaneuse) et de l’Association française de recherche sur les livres et objets culturels de l’enfance (AFRELOCE)

Quel champ de recherche ?

La littérature de jeunesse a acquis partout dans le monde une légitimité et une complexité qui l’autorisent à aborder des sujets jugés délicats, voire tabous, par les sociétés. À cet égard, il est intéressant de considérer comment des créateur-trice-s de différentes aires géographiques et culturelles mettent en scène telle guerre à partir du 20e siècle ou l’état de guerre en général, ainsi que l’exil forcé quand il est une conséquence directe des guerres.

Quelles questions ?

Il y a fort à parier qu’en fonction des pays, des genres et des supports utilisés, des âges plus ou moins ciblés, des artistes et des maisons d’édition, la guerre ou telle guerre en particulier ainsi que les migrations contraintes soient très différemment représentées. Le souci souvent consensuel de faire passer un message pacifiste et de condamner l’idée même de guerre ne se heurte-t-il pas à la promotion, ici ou là dans l’espace et le temps, de comportements patriotiques ? Que deviennent alors les formes d’engagement en fonction des contextes historiques, idéologiques et socio-économiques ? Que deviennent aussi l’enfant, son imaginaire et sa construction identitaire ? Au-delà de la représentation, omniprésente, de l’enfant victime du conflit, la littérature de jeunesse autorise-t-elle d’autres types de représentation de l’enfant, par exemple dans ses relations avec l’incitation adulte, avec l’action, ou dans les spécificités de son expression propre ?

Quels objets ?

Ce colloque international se propose de réfléchir sur les formes et les genres de littératures destinées aux jeunes publics – livres d’images, contes, poésie et chansons publiées, théâtre, livres CD ou DVD, textes illustrés, premières lectures, romans, bandes dessinées, mangas, documentaires, etc.

Quel contexte ?

Le programme de l’Agence nationale pour la recherche Enfance Violence Exil, élaboré par le CELIS (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), en partenariat avec l’Université d’Amiens et l’Université de Regensburg, consiste en la collecte, l’exploitation en matière de recherche et la valorisation de différents fonds relatifs à l’expérience de la guerre, de l’exil consécutif aux violences civiles, de la violence subie par des enfants au cours ou à la suite des conflits du 20e siècle. Le fonds Brauner (dessins d’enfants), d’autres fonds de dessins, de journaux scolaires et collectifs, des gisements archivistiques de l’intime sont explorés, en regard des représentations culturelles de l’enfance en guerre. La documentation exploitée reconstitue, dans une période historique et une aire culturelle déterminées, une véritable histoire du 20e siècle à « hauteur d’enfant ». Les réalisations de ce programme de recherche sont accessibles sur le portail de ressources : Enfance Violence Exil (EVE)

PROGRAMME

le 18 octobre 2012 à la BnF (Paris)

  • 9h00 Accueil
  • 9h15 Ouverture
    - Bruno Racine, Président de la Bibliothèque nationale de France (sous-réserve)
    - Pascale Auraix-Jonchière, Directrice du CELIS (Université Blaise Pascal)

- 9h30 Conférence inaugurale Elzbieta, auteur

— matin : Session 1  : Aux sources : enfances dans la Grande Guerre Présidente de séance : Claude Ganiayre

- 10h00 : Mariella Colin (Université de Caen), La Grande Guerre racontée aux enfants italiens

- 10h30 Marie Puren (Université Paris 1 Sorbonne, École des Chartes), Les Livres Roses de la Guerre (1915-1919) : la mise en scène de l’enfant-héros pendant la Première Guerre mondiale

  • 11h00 : Echanges avec la salle
  • 11h15 : Pause

- 11h30 : Hans-Heino Ewers (Université Johann Wolfgang Goethe, Francfort, Allemagne), Romans de guerre pour la jeunesse à travers un roman pour enfants allemands de 1916

- 12h00 : Bérénice Zunino, (Université Paris 4-Sorbonne) « Moi aussi j’y étais !” : l’enfant dans les livres d’images allemands de la Grande Guerre

  • 12h30 Echanges avec la salle
  • 12h45 Déjeuner libre

- Après-midi Session 2 : Idéologies et représentations Présidente de séance : Catherine Milkovitch-Rioux

- 14h30 : Laure Thibonnier-Limpek (Université Stendhal, Grenoble 3), Enfants en temps de guerre chez Leonid, Panteleev, et Arkadi Gaïda

- 15h00 : Milena Subrtova (Université Masaryk, Brno, République Tchèque), L’image de la Seconde Guerre mondiale dans la littérature enfantine tchèque

  • 15h30 : Pause

- 15h45 :Marie Franco (Université Paris 3-la Sorbonne nouvelle), Les livres absents d’Elena Fortún : écrire la guerre d’Espagne dans les années 1940

- 16h15 : Didier Corderot (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand 2, IUFM Clermont-Ferrand), La guerre d’Espagne racontée aux enfants et par les enfants dans les revues enfantines nationalistes (1936-1939)

- 16h45 : Mathilde Chèvre (IREMAM-IFPO Beyrouth), Le petit fedayin : la place de l’enfant dans la lutte pour la cause palestinienne à travers la littérature de jeunesse arabe

  • 17h15 : Echanges avec la salle
  • 17h45 :Clôture de la journée

Vendredi 19 octobre 2012, Paris - Nord 13, Campus Villetaneuse (amphi 3)

  • 9h00 : Accueil
  • 9h15 : Ouverture
    - Elisabeth Belmas, Vice-Présidente de l’Université Paris Nord 13 (PRES Sorbonne Paris Cité)

- 9h30:Conférence inaugurale Manon Pignot (Université de Picardie Jules-Verne, Institut universitaire de France)

- matin Session 3 : Président de séance : Jean-Pierre Azéma, Enfances dans la Seconde Guerre mondiale

- 10h00 :Odile Belkeddar (critique et traductrice) et Régine Lilensten (Maison des illustrateurs/auteurs de livres pour enfants), Les enfants cachés pendant la Deuxième Guerre mondiale à travers les témoignages de Régine Soszewicz et Isaac Millman, auteurs de livres pour enfants

- 10h30 : Sylvie Martin-Mercier (Université Stendhal, Grenoble 3) Voir et vivre la Résistance dans l’œuvre pour la jeunesse de Guido Petter

  • 11h00 :Pause

- 11h15 : Rose-May Pham Dinh (Université Paris 13), Nouveaux regards sur une vieille histoire : la Seconde Guerre mondiale (re)racontée aux jeunes Britanniques

- 11h45 : Anne Chassagnol (Université Paris 8), Guerre et teddy bear chez Tomi Ungerer ou l’Autobiographie d’un ours en peluche

  • 12h15 : Echanges avec la salle
  • 12h45 :Déjeuner libre

- Après-midi Session 4 : Genre(s) et points de vue Président de séance : Michel Defourny

- 14h30:Daniel Delbrassine (Université de Liège, Belgique), Romans et albums de jeunesse : de nouveaux “lieux de mémoire” ?

- 15h00 : Euriell Gobbé-Mévellec (IUFM Midi-Pyrénées, Université Toulouse-Le Mirail), Écrans de fumée dans l’album espagnol : étude de quelques dispositifs qui médiatisent le regard sur la scène de la guerre

- 15h30 : Viviana Quiñones (BnF, CNLJ - La Joie par les livres), Guerre et littérature de jeunesse africaine

- 16h00:Patricia Richard-Principalli (IUFM de Créteil/UPEC), L’enfance en guerre au théâtre : l’exemple de Suzanne Lebeau

  • 16h30 : Echanges avec la salle
  • 17h00 : Clôture du colloque

Comité scientifique

- Nelly Charbol Gagne (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand), CELIS,

- Michel Defourny (Université de Liège)

- Claudine Hervouët(BnF/CNLJ – La Joie par les livres)

- Claude Hubert-Ganiayre (enseignante honoraire)

- Mathilde Lévêque (Université de Paris 13–Afreloce)

- Mathieu Lescuyer (Bibliothèque Universitaire Paris IV et de l’Université de Clermont-Ferrand)

- Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, CELIS)

- Olivier Piffault (BnF/CNLJ – La Joie par les livres)

- Jacques Vidal-Naquet (BnF/CNLJ – La Joie par les livres)

- Informations pratiques

- Lieux / Accès
- Jeudi 18 octobre

  • 2012 Bibliothèque nationale de France (site François -Mitterrand)
  • Bibliothèque nationale de France
  • Site François-Mitterrand
  • Quai François Mauriac - 75706 Paris Cedex 13
    - Le colloque a lieu dans le petit auditorium

- ACCÈS

  • Métro : Ligne 14 et ligne C du RER (Station : Bibliothèque François-Mitterrand) Ligne 6 (Station : Quai de la gare)
  • Bus : Lignes 62, 64, 89 et 132

BNF

- Vendredi 19 octobre 2012

  • Université Paris - Nord 13 (campus Villetaneuse)
  • Université Paris - Nord 13 (campus Villetaneuse)
  • 99 avenue Jean-Baptiste Clément
  • 93430 Villetaneuse

- Le colloque a lieu dans l’amphi 3 (numéro 11 sur le plan)

- ACCÈS

  • 1. CNRS (LIMHP)
  • 2. Institut Galilée
  • 3. DAPS (service des sports) [3.bis Gymnase]
  • 4. Restaurant administratif
  • 5. Bibliothèque Sciences
  • 6. Présidence / Administration
  • 7. Amphis Galilée
  • 8. Droit / Sciences économiques /Centre de formation continue
  • 9. Bibliothèque Droit-Lettres / Médiathèque
  • 10. Entrée principale Grand Hall / Service de la vie pratique /CIDO / Assistants sociaux /Amphis 5, 6, 7
  • 11. Amphis 1, 2, 3, 4 / Associations
  • 12. Forum / Café expo
  • 13. Amphis IUT
  • 14. Lettres / Handinord
  • 15. IUT / Bibliothèque IUT /Bureau des relations internationales/Service de l’action culturelle et artistique / Sécurité
  • 16. Communication / Espace langues /Salles informatiques
  • 17. Scolarité centrale
  • 8. Restaurant universitaire
  • 19. Médecine préventive
  • 20. Club "La Chaufferie" / Salle de musique
  • 1.Par les transports en commun, prendre à la Gare du Nord n’importe quel train sur les quais 30 à 36 en vérifiant qu’il s’arrête bien à "toutes gares" jusqu’à Epinay- Villetaneuse (2e arrêt).
  • Trajet : 12 mn, trains toutes les 5 à 15 mn selon les moments de la journée. Puis prendre autobus 156, 356 ou 354 jusqu’à l’Université Paris 13.
  • Trajet : 5 mn, autobus : toutes les 2 à 20 minutes selon les moments de la journée.
  • 2. Par les transports en commun, prendre le métro (ligne 13) jusqu’à St-Denis Université, puis l’autobus 156, 256 ou 356 jusqu’à Carnot ou Division Leclerc- Université Paris 13. Trajet de l’autobus : 15 mn. Fréquence : toutes les 5 à 20 mn selon les moments de la journée.
  • 3. En voiture depuis Paris, prendre l’autoroute A1 à porte de la Chapelle, la quitter à la 1ère sortie St-Denis Stade de France, puis suivre les panneaux indicateurs vers Villetaneuse- Université.

Université Paris 13

Colloque international

Enfants en temps de guerre et littératures de jeunesse (20-21e siècles)

Organisation

  • Inscription Gratuit sur inscription auprès de
  • Marion Caliyannis
  • Bibliothèque nationale de France
  • Département Littérature et art / Centre national de la littérature pour la Jeunesse - La Joie par les livres
  • Quai François – Mauriac - 75706 Paris Cedex 13
  • Tél. +33 (0)1 53 79 57 06 || Fax +33 (0)1 53 79 41 80
  • marion.caliyannis
  • La joie par les livres

Renseignements Élisabeth Harriet

  • Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS)
  • Université Blaise Pascal – Maison des Sciences de l’Homme
  • 4 Rue Ledru F- 63000 Clermont-Ferrand
  • Tél. +33 (0)4 73 34 68 44
  • elisabeth.harriet
  • CELIS

- Captation vidéo Pôle audiovisuel de l’Université Blaise Pascal et BnF. Mise en ligne sur le portail : http://cms.enfance-violence-exil.net/

- Restauration Jeudi 18 octobre : plusieurs lieux de restauration situés à proximité de la BnF.

- Vendredi 19 octobre : accès au restaurant universitaire ainsi qu’au Café expo du CROUS (dans le Forum, numéro 12 sur le plan).

Responsable(s) Celis :  Catherine Milkovitch-Rioux

Programme(s) concerné(s) :  ANR EVE

Date et lieu

  • du jeudi 18 octobre 2012 au vendredi 19 octobre 2012 - lieu : Paris (BnF) et Clermont-Ferrand.