Littérature et culture de jeunesse dans le monde russe. Enjeux et héritages

Affiche

Journée d’études organisée par Katia Goloubinova-Cennet, 4 juin 2012, MSH, amphi 220.

PROGRAMME

8h45-9h15 : Accueil

9h15-9h30 : Mot de bienvenue

9h30-9h50 : Odile Belkeddar, La collection des "Trois ourses", les éditions "Memo" et les livres russes hors normes.

9h50-10h10 : Carole Hardouin-Thouard, La bibliothèque de l’Heure joyeuse et le livre d’enfant en URSS (1917-1945).

10h10-10h30 : Discussion.

10h30-10h40 : Pause café.

10h45-11h00 : Irina Arzamastseva, Из страны Азора в Страну Дураков (о подтекстах сказки А.Н. Толстого "Золотой ключик"

11h00-11h20 : Laure Thibonner, L’enjeu de la réinterprétation : l’exemple de La Petite Clé d’or, ou les aventures de Bouratino.

11h20-11h45 : Discussion.

11h45-14h00 : Pause déjeuner.

14h00-14h20 : Céline Marangé, Le monde de l’enfance pour refuge et idéal : les contes d’après-guerre d’Andreï Platonov.

14h20-14h40 : Katia Goloubinova-Cennet, De l’enfant-lecteur vers un petit citoyen : modèles de systèmes politiques dans la littérature de jeunesse soviétique.

14h40-15h00 : Anna Shcherbakova, Adolescence en URSS : l’adolescente modèle vue par la littérature de jeunesse soviétique.

15h00-15h30 : Discussion.

15h30-15h45 : Pause café.

15h45-16h45 : Table ronde : projets et perspectives.

Présentation des participants et résumés des communications

- Odile Belkeddar

Traductrice de littérature russe jeunesse, elle est également l’auteure de postfaces pour la collection des Trois Ourses, et d’articles sur l’édition russe pour la Revue des livres pour enfants éditée par le Centre national du livre pour enfants - BNF. L’association des Trois Ourses s’intéresse aux relations entre les livres, l’art, les enfants, et des artistes qu’elles repèrent et suivent plus particulièrement. Parmi ces artistes, il y a plusieurs Russes, qu’elles ont souhaité faire découvrir dans la collection des Trois Ourses, créée en amitié graphique aux éditions MeMo. Leur choix, allié à la recherche d’une traduction valorisée, sera explicité. L’initiative de publication de deux numéros consacrés à des auteurs jeunesse contemporains par la revue Lettres russes sera également présentée.

- Carole Hardouin-Thouard

Docteur ès lettres russes depuis 2006 et traductrice des poèmes pour enfants de Maïakovski (Jeunesse L’Harmattan, bilingue russe-français, 2009), elle est l’auteure d’une thèse sur « L’enfant dans la littérature russe et soviétique 1917 à 1954 ». Cette thèse, dirigée par Véronique Lossky et éditée chez L’Harmattan en 2007 constitue le prolongement d’un mémoire de DEA sur la littérature enfantine de la même période. Cette recherche, non éditée, constitue un tableau de la littérature enfantine russe de 1917 à 1945, avec ses écrivains et illustrateurs célèbres, ses thèmes de prédilection et son évolution au cours de la période. Le sujet de l’intervention porterait, et ceci avec l’accord de sa responsable, sur l’ensemble des actions menées à la bibliothèque de l’Heure joyeuse de Paris pour faire connaître la littérature jeunesse à soviétique, depuis la constitution du fonds comportant de nombreux albums pour enfants des années 1920 et 1930 dans leur édition d’origine ou plus tardive (environ 600 ouvrages) mais aussi un nombre conséquent d’ouvrages critiques ; la rédaction de plusieurs catalogues et dictionnaires d’auteurs et illustrateurs, l’accueil des chercheurs, l’organisation d’expositions - dont la dernière eut lieu à Valence en 2011- et ses projets futurs portant sur la littérature jeunesse russe actuelle.

- Irina Arzamastseva

Children’s literature is the object of my attention over the years. Almost all of my publications are devoted to the history, theory and criticism of children’s literature, mainly Russian. Major research focus on the relations of literature for adults and children’s literature. In my first thesis (Ph.D.) describes the work of Yuri Olesha, post-avant-gard writer, author of fairy-tale The Three Fat Men (Tree tolstiaka). In second, doctoral, dissertation The Artistic Conception of Childhood in Russian Literature 1900s – 1930s proposed the concept of antique-Christian complex of ideas of childhood, the only all European literature. My social activities are also aimed at the development of modern children’s literature. In Council on Children’s Book of Russia (Russian section of IBBY) I’m working for many years. In particular, the work of judges in Russia’s most famous literary contest – the best work for teenagers. My home library contains many children’s books, including antiques, as well as almost all books in Russian on children’s literature since the beginning of the XX century. Сказка есть театральная энциклопедия и кукольный роман, с контекстами более широкими, чем сказка о Пиноккио. В частности, здесь есть отсылки к французской музыкально-театральной и литературной классике. Сказка стала советской классикой, но ее некоторые ее мотивы образуют « подводное течение » и создают неоднозначный подтекст. Un conte est une encyclopédie théâtrale et un roman de marionnettes, avec les contextes plus étendus que ceux du conte de Pinocchio. En outre, il y a ici des renvois vers les classiques musicaux et théâtraux, et les classiques littéraires français. Le conte est devenu un classique de la littérature soviétique, alors que certains de ses motifs forment un "mouvement souterrain" et créent un contexte équivoque.

- Laure Thibonner

Maître de conférences à l’Université Stendhal - Grenoble 3. Centre de recherches : ILCEA/CESC. Les spécialistes occidentaux de littérature de jeunesse voient souvent le Bouratino de Tolstoï comme une œuvre purement idéologique. Adoptant une approche comparatiste, nous montrerons comment Tolstoï mélange contextes italien et russe, et emprunte également aux genres du conte, du fantastique et du comique, afin de composer un texte placé avant tout sous le signe du jeu.

- Céline Marangé

Docteur en science politique de l’Institut d’Études Politiques de Paris depuis 2010, elle est lectrice dans le Département de Français de l’Université de Columbia à New York. Diplômée des Langues’O, elle est aussi traductrice du russe. Elle a notamment traduit plusieurs essais du philosophe Nicolas Berdiaeff (Éditions du Cerf, 2009). Emails : cm2797@columbia.edu, celinemarange@hotmail.com Dans les dernières années de sa vie, Andreï Platonov (1899-1951), de nouveau en butte à la critique, écrivit des histoires pour enfants et revisita des contes traditionnels bachkires et russes. Atteint de tuberculose et éprouvé par la guerre, il se heurta de nouveau aux autorités à partir de 1946 ; plusieurs de ces œuvres ne reçurent pas l’imprimatur nécessaire à leur publication. Ses contes russes parurent en 1950 sous le titre de L’Anneau magique, grâce à l’entremise de Mikhaïl Cholokhov. Dans cette période marquée par un regain de censure et l’approche de la mort, la littérature enfantine ne fut pas seulement pour A. Platonov une échappatoire. Elle lui permit de revenir à un genre qu’il avait constamment pratiqué par le passé et à plusieurs de ses thèmes de prédilection, en particulier la lumière et la candeur de l’enfance et la compassion pour les âmes esseulées. Comme le remarquait un critique acerbe en 1937, « Platonov éprouve le besoin irrépressible de parler de ceux et pour ceux qui sont faibles et muets. L’impuissance revêt pour lui une force d’attraction énorme. Il est invariablement porté vers les laissés pour compte, les personnes abandonnées ». Le thème de l’enfance et de l’orphelin parcourt toute son œuvre. À travers le regard des enfants, l’auteur affirme avec optimisme la force du bien et réfléchit aux moyens de transformer le mal qui est en l’homme, esquissant, ce faisant, une vision utopique d’un bonheur universel. En plus des contes eux-mêmes et des histoires pour enfants écrits précédemment, la communication s’appuiera sur des témoignages de contemporains d’A. Platonov, des documents d’archives rassemblés par N. Kornienko et A. Choubina dans les années 1990, et les analyses de ses différents biographes, comme M. Heller et V. Tchalmaev.

- Katia Goloubinova-Cennet

MCF, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand II, centre de recherche : CELIS, membre attaché au ILCEA/CESC, Grenoble. Thèmes de recherche : littérature pour la jeunesse (enfance) soviétique : thèmes, auteurs, traductions, illustration et arts graphiques. Au sein de l’idéologie du monde nouveau soviétique, la littérature de jeunesse occupe une place d’une importance primordiale. Le petit lecteur, l’enfant, conçu comme tabula rasa de l’idéologie en construction, est au centre des intérêts du gouvernement soviétique, alors que son éducation à travers la lecture devient l’un de ses buts principaux. Nous analyserons, à travers les textes de deux auteurs, Nikolaï Nossov et Alexandre Volkov, le rapport particulier qui s’installe entre l’auteur et le petit lecteur soviétique, ainsi que les modalités d’un tel enseignement à visée politique et pédagogique qui s’introduit dans la littérature de jeunesse soviétique.

- Anna Shcherbakova

Lidia Tcharskaia et son héritage bannis par K.Tchoukovski de la littérature de jeunesse soviétique, les jeunes lectrices doivent attendre près de trois décennies pour que la littérature soviétique leur propose un « équivalent » : romans / nouvelles où l’héroïne est une jeune fille adolescente (« devotchka »). Depuis, plusieurs œuvres de cette branche de la littérature soviétique sont devenues de grands classiques de la littérature de jeunesse, rééditées encore aujourd’hui. Nous proposons d’analyser l’image de la jeune fille que nous offre cette littérature dans sa construction (le modèle comportemental d’une citoyenne / élève / fille / jeune fille) : quels sont les traits particuliers propres à l’adolescente idéale soviétique ; et dans son évolution (les changements qui s’opèrent suite à l’évolution socioculturelle) : que distingue l’héroïne des années 1940 de l’héroïne des années 1960. Enfin, nous réfléchirons à ses sources inspiratrices (la littérature russe du XIXe - début du XXe siècle ou le canon du réalisme socialiste), pour essayer de répondre à la question de son succès intemporel. Notre analyse portera sur les œuvres suivantes : Дикая собака Динго de R.Fraerman , Девочка и птицелет de V.Kisselev, Великое противостояние de L.Kassil, Динка de V.Oseeva, Девочка в бурном море de Z.Voskresenskaia, Марийкино детство de D. Brodskaia, Девочка из города de L. Voronkova, etc.

Responsable(s) Celis :  Ekaterina Goloubinova-Cennet

Date et lieu

  • le lundi 4 juin 2012 de 08:45 à 17:30 - lieu : MSH, salle 220.