Mémoire vive d’Algérie

Catherine Milkovitch-Rioux

Littératures de la guerre d’indépendance

Il aura fallu attendre le 18 octobre 1999 pour que la France reconnaisse un « état de guerre » en Algérie. Avant cela, les opérations effectuées en Afrique du Nord étaient une « guerre sans nom », à peine mentionnées dans le chapitre « décolonisation » des manuels d’histoire. Pendant ce temps, en Algérie, elles étaient écrites sous la forme d’un récit épique fondateur qui occultait les divisions internes du mouvement de libération.

À travers des textes de Messaoud Benyoucef, Albert Camus, Mohamed Dib, Assia Djebar, Franz Fanon, Mouloud Feraoun, Jean Genet, Laurent Mauvignier, Jules Roy, Boualem Sansal, Kateb Yacine, etc., l’auteure retrace l’histoire de ce conflit, depuis la colonisation jusqu’à son héritage, en passant par la littérature de combat et l’engagement qu’elle a toujours représenté. Car c’est la littérature qui le mieux fait vivre la mémoire de cette guerre d’indépendance.

Relation presse nationale : Marie-Laure Walckenaer

01 44 32 12 43 / ml.walckenaer

Chargée de presse Régions / Belgique / Suisse : Bénédicte Da Silva

01 43 25 85 89 / benedicte.dasilva

Références

Paris, Éditeur Buchet-Castel, coll. « Essais et Documents »

Année de publication : septembre 2012