Soutenance HDR de Catherine Milkovitch-Rioux : Histoire, fictions et témoignages dans la littérature de langue française (20-21e siècles)

Catherine Milkovitch-Rioux (Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand 2, CELIS IHTP, CNRS, Paris) présentera son dossier en vue de l’Habilitation à Diriger des Recherches (section 9, Langue et Littérature françaises) à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, sous le titre : Histoire, fictions et témoignages dans la littérature de langue française (20-21e siècles) le mardi 4 juin 2013 à 14 heures.

Le jury est composé de :
- M. Mathias Bernard, Professeur d’histoire contemporaine – Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand

- Mme Martine Boyer-Weinmann, Professeure de littérature française – Université Lumière Lyon 2

- Mme Sylviane Coyault, Professeure de littérature française – Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand

- M. Jeanyves Guérin, Professeur de littérature française – Université Sorbonne Nouvelle

- M. Alain Schaffner, Professeur de littérature française – Université Sorbonne Nouvelle, Directeur de l’HDR

- Mme Carine Trevisan, Professeure de littérature française – Université Paris Diderot Paris 7

Histoire, fictions et témoignages dans la littérature de langue française (20-21e siècles). Les études menées sous ce titre à partir des confins de la littérature et de l’histoire, loin de se vouer au travail de séparation de l’actuel et du passé, du subjectif et de l’historique propre à l’histoire littéraire, tentent de révéler dans l’une, à la lumière de l’autre, les territoires intimes, profondément subjectifs, en prêtant attention à des « vies minuscules » (Pierre Michon) et à des témoignages polymorphes, aux traces dans le temps de ce qui s’est tu. Des textes empruntés à la vaste bibliothèque des francophonies, d’Albert Cohen à Kateb Yacine et Assia Djebar, sont mis en regard avec l’histoire en général, l’histoire des conflits contemporains plus précisément, l’histoire de la guerre d’indépendance algérienne tout particulièrement : essentiellement des fictions, mais aussi des essais, correspondances, reportages, récits… jusqu’aux confins de témoignages extra-littéraires. Le champ de l’extrême contemporain y est convoqué comme réceptacle de ces traces appréhendées selon les approches qu’ont développées conjointement les historiens de la mémoire et les théoriciens de la littérature contemporaine. Il permet d’appréhender la littérature d’à présent comme un territoire en constitution, en devenir, en présence de ses acteurs, avec ses lignes de force, ses tensions, ses fractures, aussi passionnantes que l’histoire du temps présent qui s’élabore sous nos yeux.

Date et lieu

  • le mardi 4 juin 2013 à 14h30 - lieu : Université Sorbonne Nouvelle, salle Bourjac, 17 rue de la Sorbonne, Paris 5ème