Journées d’étude : « Le roman du voyage »

organisées par le Centre d’Etudes sur le Roman et le Romanesque - CERCLL (Université de Picardie-Jules Verne), en collaboration avec le CRLV (Université de Clermont-Ferrand)

Responsable : A. Duprat (Université de Picardie-Jules Verne)

Avec les pérégrinations de l’homme aux mille tours, souvent décrit comme le premier héros d’un roman qui ne dit pas encore son nom, commence la longue histoire commune du roman et du récit de voyage. En partageant leurs dynamiques, leurs aspirations, leurs hasards, leurs étapes et leurs logiques, le parcours romanesque et le parcours sur terre ont souvent confondu aussi leurs enjeux respectifs. A l’errance ou la quête des gestes médiévales succèdent ainsi l’itinéraire spirituel ou symbolique des narrateurs-pèlerins en route vers le salut, les tribulations et victoires des héros malmenés ou exemplaires des romans picaresques et des récits de conquête de la première modernité, puis la découverte de soi, de l’autre — et des limites d’un monde désormais si connu qu’il faut le réinventer, de l’essor du roman d’aventures à l’âge des Lumières aux différents genres de l’anticipation au XXème siècle. Jusque dans ses incertitudes sur les pouvoirs du récit, et dans son refus de conter ou de raconter le monde, le roman à l’« ère du soupçon » emprunte encore au voyage l’un de ses traits essentiels : le fait de prendre pour objet non une histoire, mais un mouvement.

L’histoire du roman aura-t-elle mené auteurs et lecteurs de la nost-algie, comme aspiration à un retour sans cesse différé dans une patrie perdue, au désir d’aventure, qui attire au contraire les narrateurs-voyageurs de la modernité vers la terre inconnue, la route non tracée, le parcours inédit — pour les convaincre enfin de l’inexistence d’un itinéraire qui soit entièrement nouveau ? Quels modèles le voyage d’un côté, et le récit de voyage de l’autre ont-ils proposés au roman ? comment le roman a-t-il pu, de son côté, influencer la vision que les hommes en route, voyageurs volontaires ou contraints à l’exil, se sont faite de leur parcours sur terre ? Quelles ont été, et quelles peuvent être aujourd’hui encore les formes esthétiques et littéraires que prend cette réflexion du roman dans le miroir du voyage, et du récit de voyage dans le roman ?

Les journées d’études « Le Roman du voyage » des 13 et 14 décembre 2013, qui feront suite à la session « Littérature et voyage » organisée par le CERR-CERCLL au colloque international des 17 et 18 octobre à Moscou (Université d’Etat) accueilleront aussi bien des contributions consacrées à l’histoire qu’aux modalités nouvelles de ces rapports entre la forme romanesque et celles des différents genres du récit viatique dans les littératures du monde, et aux propositions que l’on peut faire sur le rôle qu’est appelée à jouer cette articulation entre récit de voyage et roman dans le récit contemporain.

Comité scientifique :

- Marie-Françoise Montaubin (Université de Picardie-Jules-Verne)
- Philippe Antoine (Université de Clermont-Ferrand)
- Catherine Grall (Université de Picardie-Jules Verne)
- Anne Duprat (Université de Picardie-Jules Verne)

Responsable(s) Celis :  Philippe Antoine

Équipe(s) de Recherche concernée(s) :  Lumières et romantismes

Programme(s) concerné(s) :  Les lieux du voyage : genres, esthétique, idéologie

Date et lieu

  • du vendredi 13 décembre 2013 au samedi 14 décembre 2013 - lieu : Amiens (Logis du Roy)