La Cartographie poétique : Tracé, diagrammes, formes (Valéry, Mallarmé, Artaud, Michaux, Segalen, Bataille)

Thomas VERCRUYSSE

Sous les nom de "cartographie poétique", ce livre entend décrire une conception de la création commune à des écrivains, essayistes et poètes, comme à des peintres, des philosophes et des scientifiques. Cette création échappe à l’intelligence de type déductiviste, à la pensée du programme, pour s’affirmer comme imprévisibilité et puissance inductrice susceptible de s’épanouir dans des rythmes, des tracés ou des enchaînements conceptuels. C’est donc aussi à une critique de la pensée analytique que cet essai se livre, afin d’en cerner les impasses et les empêchements et de promouvoir une dialectique ouverte qui est contact du sujet créateur avec un monde qui le colore, dans le mouvement même où celui-là le cartographie. La dite cartographie, s’employant à cerner les ressources de l’esprit en acte, en vient à ne pas se limiter à une topographie mentale, forcément réductrice, pour embrasser, à l’instar de Valéry, la triade du "Corps-Esprit-Monde" et en traduire les intersections. La figure de ce sujet cartographe est idéalement la danseuse, incarnation d’une subjectivité rénovée par l’extase.

By the name of “cartographie poétique”, this book intends to describe a conception of creation shared by writers, essayists and poets, as well as painters, philosophers and scientists. This kind of creation cannot be performed or “grasped” by a deductivist intelligence, by a programmatic thought ; it can rather be defined as unpredictability and power of induction likely to bloom in rhythms, traces and sequences of concepts. Thus, this essay can also be read as a criticism of the analytic thought, identifying its limitations and impediments, and promoting an open dialectic. This would consist in a contact of the creative subject with the world, where the subject maps the world while the world “colours” the subject in return. The so called “cartographie” (mapping) tries to depict the resources of the spirit in action and, more than being only reductive mental mapping, embraces, as Valéry puts it, the “Corps-Esprit-Monde” triad in its own intersections. The model of this mapping subject is ideally the dancer, embodiment of a subjectivity renewed by ecstasy.

Publication avec le soutien financier du CELIS

Références

Genève, Droz, coll. "Histoire des Idées et Critique Littérire", 421 p.

Année de publication : mars 2014